mabretagne.com > La Bretagne > Actualités > 25 ans de Chantier du Guip sur le port de Brest

25 ans de Chantier du Guip sur le port de Brest

Infos:
Laisser un commentaire
Article posté le 4 août 2017

Sur l’île aux Moines et sur le port de Brest, le Chantier du Guip est tout simplement une institution dans le domaine du patrimoine maritime. Il vient de fêter 25 ans de passion navale sur le port de Brest aux côtés de la Recouvrance, qu’il a construit, et en a profité pour montrer au grand public qu’il en a encore sous le capot. Rendez-vous quai Malbert !

En prenant d’assaut le terrain d’une ancienne orangerie rasée du port de commerce, le chantier du Guip, créé dans les années 70 sur l’île aux Moines, ne se doutait pas encore qu’il serait, 25 ans plus tard, un des acteurs essentiels du port de commerce. Profondément engagé dans la vie portuaire, référence en termes de recherches historiques comme de savoir-faire avec son équipe de charpentiers, d’ébénistes et d’architectes, il a su se développer et répond aujourd’hui à des commandes venues du monde entier. La dernière en date : un fife argentin de 30 mètres, qu’il peut accueillir grâce à sa nef flambant neuf qui porte sa surface totale à près de 1500m2.

Mais revenons en arrière…

Les équipes du chantier du Guip débarquent à Brest, quai Malbert, dans le cadre de la construction de l’emblématique Recouvrance. La goélette aviso est reconstituée dans le cadre d’un concours qui a marqué le retour de l’engouement populaire pour les bateaux du patrimoine maritime de nombreuses villes se lancent dans la construction d’unités. La Recouvrance est mise à l’eau lors des premières Fêtes Maritimes Internationales de Brest, en 1992. Mais elle est encore loin d’être achevée : si l’a coque flotte, il faut attendre quelques mois supplémentaires pour le mâtage, puis l’aménagement intérieur. Pendant ce temps, le chantier enregistre des commandes et trace sa voie…

Des centaines d’unités au chantier

La gabare Notre-Dame-de-Rumengol, le canot de sauvetage Patron François Morin, la Fée de L’Aulne sont autant d’embarcations qui font des tours dans le Chantier pour une restauration totale. Sans compter maintenant les bateaux école de la Marine, Le Mutin, la Grande Hermine, L’Étoile et la Belle Poule, qui y viennent régulièrement pour de lourdes opérations de maintenance. Pour Louis et Yann Mauffret, tout aussi emblématiques à Brest que leurs ateliers, il y aurait désormais plus de 300 bateaux qui sont venus se faire construire ou restaurer dans les murs du Quai Malbert.

Alors oui, une fresque de l’artiste Paul Bloas, de 8 mètres de haut sur 4 de large, pour fêter ces 25 ans, ça n’est pas trop demander ! Elle a été inaugurée en juillet dernier et symbolise les métiers du chantier.

lecahrpentier (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *