mabretagne.com > La Bretagne > Actualités > A Brest, des centaines d’emplois gagnés sur la mer

A Brest, des centaines d’emplois gagnés sur la mer

Infos:
Laisser un commentaire
Article posté le 16 juillet 2014

En 2020, le parc éolien de la baie de Saint-Brieuc devrait être entièrement opérationnel. Les travaux auront été lancés deux ans plus tôt, comme viennent de le confirmer les dirigeants de la société Ailes Marines, en détaillant leur choix pour le système de fixation des turbines qui seront plus puissantes qu’initialement prévu.

De 5 MW, elles vont passer à 8 MW nouvelle génération, permettant de réduire leur nombre de 100 (premier projet), à 62 dans la nouvelle mouture pour assurer l’électricité d’environ 850.000 habitants. Soit une fois et demie le département des Côtes-d’Armor.

eoliennes-suede
Par d’éolienne en Suède. Creative commons / pterjan

On mesure les progrès accomplis dans cette technologie quand on se souvient qu’à l’aube des années 2000, on installait des éoliennes terrestres dont certaines ne dépassaient pas 0,5 MW. Une de ces futures éoliennes marines sera donc équivalent à 16 éoliennes de la première génération installée en Bretagne.

Des emplois gagnés sur la mer

Les dirigeants ont également confirmé que c’est bien sur le polder du port de Brest que seront assemblées ces éoliennes avec, à la clef, l’équivalent de 500 emplois entre activité sur le port et dans les rangs des sous-traitants. Dans une secteur industriel nouveau et très concurrentiel (Saint-Nazaire, Cherbourg, Le Havre…), Brest réussit à épingler ce très gros chantier grâce à son polder, gagné sur la mer et comblé notamment avec des remblais du chantier de construction d’Océanopolis, le parc de découverte marine, voisin du site.Depuis une vingtaine d’années, ces dizaines d’hectares avaient fait l’objet de projets très virtuels  (y compris salle de spectacle et stade de foot) car la nature du terrain ne permettait pas une assise assez solide. Depuis, la consolidation du site a été lancée et cette activité d’assemblage d’éoliennes aura de l’espace pour d’éventuels développements futurs puisque le polder couvre plus d’une cinquantaine d’hectares, soit autant de terrains de football. Il y a largement de quoi voir venir.

Julien Perez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *