mabretagne.com > La Bretagne > Actualités > Du monde autour du bar

Du monde autour du bar

Infos:
Laisser un commentaire
Article posté le 24 janvier 2015

Tout le monde s’y est mis. La pêche au bar est pratiquée en Bretagne par toutes sortes d’engins de pêche, y compris en période de reproduction. Du coup, Bruxelles tape du poing sur la table et le ton monte entre pêcheurs.

Un bar, pas franchement ravi de la situation de la pêche en Bretagne. Photo : DR
Un bar, pas franchement ravi de la situation de la pêche en Bretagne. Photo : DR

Aura-t-on du bar pour Noël ? La question ne se pose par vraiment pour l’instant mais la pression sur le bar breton est telle qu’elle finira bien par émerger un jour si on ne trouve pas quelques solutions à une surpêche qui s’accélère, surtout quand la raréfaction de certaines espèces pousse de gros bateaux à se reporter sur le bar à la plus mauvaise période.

C’est l’objet du conflit actuel entre Bruxelles et les chalutiers pélagiques. Déjà, sur ce poisson emblématique de la Bretagne, opèrent les ligneurs du Raz de Sein ainsi que les fileyeurs qui posent leurs mailles au fond des eaux, les chalutiers traditionnels ou encore les bolincheurs avec leur très efficace filet tournant.

L’arrivée des pélagiques

Mais depuis quelques années, sont arrivés les chalutiers pélagiques qui, jusqu’alors, travaillaient plutôt en haute mer. La raréfaction de certaines espèces les a amenés à s’intéresser eux aussi au bar, le long des côtes bretonnes, du fait notamment de sa forte valeur marchande (le bar se classe à la troisième place en valeur des espèces commerciales en France, et tout le monde veut en profiter pour faire son bar , pardon, son beurre).

Le problème c’est que ces chalutiers choisissent la période où il se regroupe en rangs serrés, lors de la reproduction. D’un tempérament plutôt individualiste, tel un loup solitaire (le bar est parfois surnommé loup de mer), c’est le seul moment où le bar nage en bancs très denses au dessus des frayères. C’est là aussi qu’il constitue la proie de choix pour les grands filets pélagiques.

Bruxelles prend la main

Certains pays ont interdit ce type de pêche en période de reproduction mais la France a laissé faire. C’est donc Bruxelles qui a choisi de prendre la main en lançant une interdiction de pêche au pélagique pendant les périodes de reproduction du bar. Une interdiction approuvée par les pêcheurs des autres segments qui eux, respectent déjà le repos biologique du bar en s’interdisant la pêche entre le 1er février et le 15 mars.

Parce que même un loup-bar, ça se respecte !

MaBretagne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *