mabretagne.com > Les Bretons > Personnalités > Bécassine est-elle votre cousine ?

Bécassine est-elle votre cousine ?

Infos:
2 commentaires
Article posté le 6 février 2015

Annick Labornez, ça vous dit quelque chose ? Et si on ajoute qu’elle est née à Clocher-les-Bécasses ? Là, ça y est ? On parle bien sûr de Bécassine qui n’a pas beaucoup de cousines à la mode de Bretagne, vu que la famille a préféré rester à distance. C’est que des fois, elle avait vraiment l’air cruche !

71792304

Cette semaine, Google a mis Bécassine à l’honneur en lui offrant son logo quotidien pour célébrer ses 110 ans ! Joyeux anniversaire à celle qui est la doyenne de la bande dessinée moderne, n’ayant précédé les Pieds Nickelés que de trois ans dans une galerie de portraits qui, depuis, a vu défiler une palanquée de héros de BD.

Portrait peu flatteur

Mais la doyenne se distingue de la masse car il est tout de même rare qu’une héroîne symbolisant autant sa région d’origine fasse l’objet d’un tel rejet chez les siens. Il est vrai qu’elle n’a pas été gâtée, la pauvrette, par son créateur, le dénommé Emile-Joseph-Porphyre Pinchon. Ce n’était pas une portée de trois mais bien le seul et même dessinateur qui sortit Bécassine de son imagination, bien aidée parait-il par la patronne du Journal de Lisette qui avait elle même une bonne bretonne. Et le moins qu’on puisse dire c’est que sa domestique ne devait pas avoir un QI de 160 si l’on en croit le portrait peu flatteur qu’il fit par ricochet, en l’estimable personne d’Annick Labornez dont le patronyme est déjà tout un programme.

Des vertes et des pas mûres

 » Je ne voudrais pas dire du mal mais c’est vrai qu’elle était gentille « . La célèbre répartie du Père Noël est une ordure irait comme un gant de dentelle à notre Bécassine, adorable personne toujours très attentionnée avec les enfants mais dégoulinant parfois d’une naïveté désarmante.

En ces temps où les Bretons s’en étaient aller travailler comme des bêtes de somme dans la capitale, entre autres, pour creuser les galeries du métro, tandis que les jeunes filles se mettaient au service de  bourgeois de Paris, il n’était pas question de lancer une pétition ou de protester contre cette caricature. On se contentait de baisser le front. Mais on imagine aujourd’hui comment le rouge viendrait aux joues de la Bretagne profonde si un autre Emile-Joseph-Porphyre Pinchon s’amusait à dépeindre ainsi les Bretons sous couvert d’une héroine de BD pour enfants, si sympathique qu’on en oublierait presque tout ce qu’elle véhiculait comme stéréotypes.

Au fil des ans et de la fierté retrouvée d’une Bretagne entamant sa reconquête économique et sociale, la pauvre Bécassine se mit à en entendre de toutes les couleurs. Et surtout des vertes, curieuse couleur de son costume pas vraiment représentatif de la Bretagne et qui semblait plutôt avoir été confectionné en terre picarde.

Merci Chantal !

Entre les enfants qui l’adoraient et nombre de Bretons qui ne pouvaient plus la voir en peinture, Bécassine fit une belle carrière avant de décliner devant le déferlement de héros de BD, plus en phase avec l’esprit du temps et les Trente glorieuses. On n’entendit pratiquement plus parler d’elle avant qu’une certaine Chantal Goya, chanteuse de son état, se souvienne soudain qu’elle avait une cousine prénommée Bécassine. Elle est bien la seule ! Et voilà Annick Lebornez repartie comme en 14 en faisant la fortune de l’inoubliable interprète de Marie-Rose qui n’a rien à voir avec le produit contre les poux. Ce n’est qu’une homonymie mais bien la preuve que Chantal Goya devrait faire attention à ce qu’elle chante. C’est ce que lui répondit le Quimpérois Dan Ar Braz dans une chanson intitulée « Bécassine n’est pas ma cousine  » mais qui n’a pas marqué l’histoire de la musique. Le sujet, il est vrai, ne se prêtait pas à une oeuvre majeure.

Alors, l’anti-héroine bretonne a-t-elle encore de belles années devant elles  ? TF1, il y a trois ans, a en tout cas acheté tous les droits liés à ce personnage, ce qui laisse supposer que Bécassine est encore cotée.

Mais vous, qu’en pensez-vous ? L’indignation manifestée par les Bretons était-elle très exagérée ? Ou à l’inverse, Bécassine était-elle trop caricaturale pour être reconnue par les siens ? A vous de nous le dire.

MaBretagne.com

2 avis sur “Bécassine est-elle votre cousine ?”

  1. Winkopp

    Reportez-vous à « Bécassine oeuvre littéraire » de Raymond Vitruve et à « Bécassine, une légende du siècle de Bernard Lehembre » et vous découvrirez qu’elle n’est pas qu’un archétype ou une caricature. C’est une icône exemplaire de la patrie qui a traversé les deux guerres et qui a été censurée par les allemands sous l’occupation. Françoise Dolto l’a cité « comme le modèle d’une éducation moderne et d’une compréhension de la psychologie enfantine ». Pour moi, Bécassine est une pionnière des femmes actives et modernes d’aujourd’hui dont nous pouvons nous revendiquer et être fière mais il est vrai que je ne suis pas bretonne. Dois-je ajouter qu’en plus elle est attendrissante et drôle.

  2. clugery elisabeth

    cette effigie ridicule à permis pendant fort longtemps de stigmatiser les bretons et bretonnes , de les présenter comme des grossiers bêtas et çà c’est insupportable, on en a marre de l’intérêt porté à cette « nunuche » par des incultes .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *