mabretagne.com > La Bretagne > Gastronomie > Connaissez-vous les confréries bretonnes ?

Connaissez-vous les confréries bretonnes ?

Infos:
1 commentaire
Article posté le 10 février 2015

La Bretagne est une terre de gourmands et de traditions. Preuve en est le grand nombre de confréries qui défendent les produits du terroir dans la région. La confrérie du gâteau breton est la toute dernière à être sortie du moule.

7913764934_39eeb76ee1_o

Une trentaine de personnes, forcément mordus du fameux gâteau, viennent de lancer à Lorient la confrérie du gâteau breton. Comme pour toute confrérie, l’objectif est ici de défendre le produit, la ou les recettes, et d’en assurer la bonne publicité. Pour se faire, il faut toujours disposer de bons ambassadeurs. Pour le gâteau breton, c’est M. le maire de Lorient Norbert Métairie, le chef Jean-Paul Abadie ou encore le brodeur styliste Pascal Jaouen qui ont été fait chevaliers ad vitam eternam. Ce qui devrait leur laisser le temps de prêcher dans le dessert.

Photo DR
Photo DR

En Bretagne, on dénombre bien d’autres confréries, toutes de robes vêtues. Beaucoup sont réunies sous la bannière de l’académie du Grand Duché de Bretagne qui compte 19 membres. Certaines défendent les grands classiques du patrimoine culinaire breton. On pense par exemple à la Fraiseraie de Saint-Pierre qui, comme sa localisation ne l’indique pas mais le mot fraiseraie un peu quand même, milite pour la fraise de Plougastel.

Coco, artichaud, galette, coquille Saint-Jacques

 

Citons encore la confrérie du coco de Paimpol, (que l’on devrait rebaptiser « coco channel » pour l’export en Angleterre puisque channel signifie la manche. On offre l’idée à la confrérie) celle de l’artichaud de Saint-Pol de Léon, de la galette ou la coquille Saint-Jacques des Côtes d’Armor.

Il y a également la confrérie des Goustiers de l’andouille, de Guémené forcément. Eux tentent notamment de lutter les copies industrielles de leur produit, la défense du terroir-caisse pourrait-on dire, dans une sorte de noble guerre intestine. Leur séance d’intronisation des nouveaux membres est d’ailleurs tout a fait chevaleresque, et lorsque le grand maître prononce ces sages paroles : « Par devant les très honorables Goustiers de l’andouille de Guémené réunis en chapitre avec le Grand Conseil, je vous fais  » Chevaliers de l’Andouille de Guémené« , on imagine la fierté des parents ou des enfants.

confrerie-marron-redon
La confrérie du marron. Photo DR

 

A côté de ses célèbres rassemblement existent également des confréries moins connues. On pense à la confrérie des petits gris cessonais qui a pour objet  la promotion et la défense de l’escargot petit gris. Comme quoi, en Bretagne, les escargots se mangent aussi, référence au célèbre escargot de Quimper qui a empêché la construction du centre formation du Stade Brestois.

Une confrérie ressuscite un ancien plat

On pense aussi à la confrérie du marron de Redon (dont l’un des membres fondateurs s’appelle Jean-Yves Chatagnier…) ou à la Confrérie du Grand Ordre de la Frigousse, une recette disparue dont la confrérie en a fait tout un plat. La Frigousse, selon la recette établie par la confrérie, se compose de volailles, de porc, de gibier, de bœuf revenus au beurre puis mouillés au cidre. Le plat s’accompagne de chataîgnes et de quartiers de pommes dorés au beurre et légèrement caramélisés.

Quelqu’un doute encore de l’utilité des confréries ?

Julien Perez

Retrouvez plus d’informations sur le site du Grand Duché de Bretagne.

Un avis sur “Connaissez-vous les confréries bretonnes ?”

  1. Tournant Annette

    Pouvez vous me donner les coordonnées de la confrérie du gâteau Breton de Lorient. En tant que Présidente de l’Académie du Grand Duché de Bretagne, je souhaite rentrez en contact avec eux
    Merci
    tel 06 14 38 25 81

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *