mabretagne.com > La Bretagne > Evénements > En août, on crache des bigorneaux et on lance les menhirs !

En août, on crache des bigorneaux et on lance les menhirs !

Infos:
Laisser un commentaire
Article posté le 31 juillet 2014

Quel est le point commun entre le bigorneau, le gast’éropode le plus célèbre de Bretagne, et le menhir, l’arbuste minéral champêtre de notre région ? A priori, aucun. Sauf qu’ici, on a pris l’habitude de lancer l’un et l’autre, et même d’organiser deux championnats du monde au mois d’août…

Au royaume des concours loufoques, la Bretagne n’est pas loin de décrocher le pompon impérial. Depuis des années en effet, la région est le théâtre de deux épreuves particulièrement exotiques : le lancer de menhir et le cracher de bigorneau. La Finlande et ses fameux concours de porter d’épouses ou d’écrasage de moustiques peut aller se rhabiller les avants-bras : en Bretagne, on fait encore plus fort.
Ainsi, si vous passez dans le Finistère au mois d’août, vous pourrez tenter votre chance à l’un des deux concours. Mabretagne.com vous livre ici quelques conseils pour triompher dans l’une des deux épreuves – ou les deux si vous vous sentez le coeur vaillant- et enfin exposer un trophée au-dessus de la cheminée.

Le cracher de bigorneau à Sibiril

Photo : Creative Commons / Amanda Hinault
Photo : Creative Commons / Amanda Hinault

A Sibiril, le 4 août, vous aurez l’occasion de devenir le roi des cracheurs de bigorneaux. Mais pour cela, vous allez devoir bigorner l’ogre local, le détenteur officiel du record du monde : Alain Jourden. Il a déjà réussi à propulser un bigorneau à 11,04 mètres. On imagine la tronche du mollusque pour ce qui fut forcément le voyage de sa vie. Si l’on veut comparer, c’est un peu comme si l’on projetait un homme d’1m80 à un kilomètre.
Vous nous direz : « dans ce cas là, il faudrait quand même une grande bouche ».

Nous vous répondrons : « là n’est pas la question, revenons à nos bigorneaux ».

Pour mettre tous les atouts de votre côté, retenez le conseil d’Alain Jourden qui, un jour, accepta de livrer le secret d’une bonne mise en bouche : « Il faut installer le bigorneau vivant, côté pointu à l’extérieur ». Avec ça, vous êtes parés !

Le lancer de menhir à Guerlesquin

Si vous avez le souffle souffreteux, souffrez que l’on vous propose à la place le lancer de menhir à Guerlesquin, le 7 août. En hommage aux irréductibles Gaulois Astérix et Obélix crées par Goscinny et Uderzo, la commune organise chaque année en août un championnat de lancer de menhirs. Différentes catégories sont prévues, d’Idéfix (enfants) à Obélix (+ de 20 ans) en passant par Falbala (femmes).

Notre conseil ici est assez simple, surtout si vous êtes un homme dont le physique tient davantage du barde Assurancetourix que d’Obélix : déguisez-vous.

Oui, on ne veut pas être défaitiste, mais si vous avez l’intention de concourir dans la catégorie Obélix (hommes + de 20 ans), il va vous falloir balancer un caillou de… 25 kilos. Ce n’est pas rien. C’est comme lancer un enfant de 4-5 ans (on aime bien les comparaisons), ce qui ne doit pas vous arriver souvent, à part au bord de la piscine du camping. Vous avez peut-être d’ailleurs déjà réussi à lancer le petit dernier à un bon mètre. Là, pour triompher, il faudra propulser l’enfant le menhir à 5, 6, voire 6,98 mètres pour battre le record du monde situé un centimètre plus bas. Si vous pensez que ceci est du dolmen du possible, alors bon courage. Sinon, il ne vous restera plus qu’à vous rabattre sur la potion magique servie par le druide local Jacquomanix…

Julien Perez

Plus d’informations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *