mabretagne.com > La Bretagne > Actualités > La vache bretonne, la rescapée des prés

La vache bretonne, la rescapée des prés

Infos:
3 commentaires
Article posté le 12 septembre 2014

Dans quelques jours, le Salon International des Productions Animales (SPACE) va ouvrir ses portes à Rennes. Ce sera l’occasion pour le public breton de découvrir, ou de redécouvrir, les races bretonnes telle que le porc blanc de l’Ouest ou la pie noire. Cette dernière est d’ailleurs emblématique de l’élevage breton moderne puisqu ‘après avoir été menacée de disparition, elle est aujourd’hui redevenue l’idoles de nos campagnes.

photo : wiki

On ne peut pas la manquer avec son pelage Gwenn-ha-Du, cette bichromie blanche et noire légèrement mois organisé que chez son cousin le zèbre, et son physique de rase marguerite, petit et compact. La pie noire, puisque c’est d’elle dont il s’agit, est à la région bretonne ce que la sardine est au port de Marseille. Pourtant elle a bien failli disparaître. Cela peut sembler fou aujourd’hui, mais progrès et production de masse auraient pu devenir les deux mamelles d’une Bretagne sans pie noire .

Retour en arrière.

Des milliers de têtes au XIXème

A la fin du XIXème siècle, la Bretagne totalisait plusieurs milliers de têtes. La pie noire est alors au pinacle et aussi sacrée que la version indienne. Il faut dire que l’animal s’avère particulièrement bien adapté au terrain breton, pauvre et acide. Il en faut plus pour impressionner la bête rustique et dure au mal. Elle n’a pas de gros besoin. Cela plait aux paysans. De ses origines cornouaillaises, elle tire la réputation d’être courageuse et de bonne compagnie. Bref, en ces temps de vaches maigres, la belle fait l’affaire.

Arrive malheureusement le temps des cadences accélérées. Consommer plus devient un laitmotiv puissant et notre pie noire ne fait pas longtemps le poids face à la prim’Holstein, stackanoviste hollandaise de la production laitière. La situation va de mal en pis au point qu’en 1976, un plan de sauvegarde est lancé alors que le cheptel a fondu comme neige au soleil. Il n’en reste alors plus que 500.

Aujourd’hui, grâce à un prompt renfort d’acteurs de la région, la pie noire a retrouvé toute sa place dans nos campagnes, notamment grâce à ses qualités de beurrière. Le SPACE devrait en être l’illustration…

Julien Perez

3 avis sur “La vache bretonne, la rescapée des prés”

  1. MATHIAS

    bizarre, mais la vache que je vois sur la photo me fait davantage penser à une « frisonne pie noire » (prolixe race hollandaise… plus grande que la bretonne)

    1. Julien Perez

      Vous avez peut-être raison… On va vérifier cela !

  2. fanny c

    C’est même sur c’est une prim’holstein. La pie noire est beaucoup plus petite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *