mabretagne.com > Les Bretons > Personnalités > Le saint breton de la semaine : Cornely le magicien

Le saint breton de la semaine : Cornely le magicien

Infos:
Laisser un commentaire
Article posté le 16 septembre 2014
On sait qu’Obelix et Cie savaient tailler et lancer le menhir façon catapulte. Mais dans le mégalithe, ce n’était que des amateurs face à Saint Cornely, saint breton fêté en ce mardi 16 septembre. Car lui, si l’on en croit la légende, il a été capable de figer les menhirs de Carnac, d’un coup d’un seul, d’un geste autoritaire et aussi réussi qu’un strike au bowling !
La statue de saint Cornely, vallée des saints. Photo DR
La statue de saint Cornely, vallée des saints. Photo DR
A vrai dire, ce Cornely-là n’est pas vraiment breton et ne venait pas d’Outre-Manche, contrairement à bien d’autres saints qui ont donné à la Bretagne cette inégalable profusion de saints protecteurs. Lui, c’est de Rome qu’il venait. Et là-bas, ce n’était pas n’importe qui puisque sous le nom de Cornelius, il fut pape de 251 à 253 après J.C. Mais comme ce fut souvent le cas pendant des siècles autour de la cité papale, il eut quelques embrouilles avec l’empereur de l’époque, un dénommé Trebonien Galle qui n’a, a priori, aucun lien de lointaine parenté avec tous les Le Gall de Plougastel-Daoulas.

Le dos à la mer

Or donc, l’empereur fit quelques misères au pape au point même de l’embastiller comme on ne disait pas encore à l’époque vu que la Bastille, c’est quand même un peu plus tard. Cornelius réussit à s’échapper, accompagné de deux boeufs pour transporter ses bagages et s’en aller loin, très loin… Jusqu’à la lointaine Armorique où ses poursuivants ne la lachèrent pas d’une semelle. Au point qu’il fut acculé à la mer et n’ayant d’autre salut, fit face à ses ennemis. Et d’un geste précis de la main leur envoya des ondes tellement négatives qu’ils se transformèrent en menhirs qui ont aussitôt constitué les alignements de Carnac arrivés jusqu’à nous.

Saint protecteur du bétail

Pourquoi le cacher, d’autres hypothèses courent sur la véritable origine de ce patrimoine mégalithique que des Morbihanais souhaitent maintenant faire entrer au patrimoine de l’Unesco. Mais une chose est sûre : Saint Cornely, ami des boeufs, a depuis été élevé au rang de saint protecteur du bétail, sa manière très particulière de travailler le mégalithe ne l’ayant pas fait admettre comme saint protecteur des tailleurs de pierres.
Julien Perez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *