mabretagne.com > Les Bretons > Initiatives > Voiture Solaire. La Bretagne au zénith

Voiture Solaire. La Bretagne au zénith

Infos:
Laisser un commentaire
Article posté le 18 janvier 2015

Enrico Macias pourrait chanter « Les Bretons ont dans le moteur le soleil qu’ils n’ont pas dehors« . La preuve à Abou-Dabi où le France est représentée par des Bretons dans une course de voitures solaires.

Photo TyvaEnergie
Photo TyvaEnergie

Dites, vous ne trouvez pas ça étrange, vous ? Depuis des lustres, les mauvaises langues prétendent qu’à l’âge de huit ans, un petit Breton est encore incapable de parler du soleil parce qu’il ne l’a toujours pas vu depuis sa naissance !

johnny depp

Et pourtant, regardez ce qui se passe en ce moment à Abu Dhabi, où contrairement à ce qu’indique ce nom, on sort couvert des pieds à la tête. Eh bien là bas, c’est un véhicule solaire breton qui défend les couleurs de la France.

Une place au soleil

Cette étrange voiture de course qui peut monter jusqu’à 100 kms/heure a été lancée sous la bannière de Eco Solar Breizh (ESB) un groupement de Finistériens qui croient au développement de l’énergie solaire, bien que la Bretagne ne soit pas tout à fait un gisement dans ce domaine-là. Avec le soutien d’organismes comme le Chambre de commerce et l’implication de plusieurs entreprises brestoises, ESB a été la première en France à se lancer dans le véhicule solaire. Et elle a tellement bien fait sa place au soleil qu’on la retrouve maintenant dans des grands rendez-vous mondiaux bien que son budget soit très nettement inférieur à celui de grosses écuries mondiales, notamment les Japonais.

Les Bretons, compte tenu de leurs moyens, ont fait très bonne figure dans cette compétition qui peut leur ouvrir d’autres portes pour se positionner dans le gotha mondial des prototypes solaires, même si on est encore très loin de la production de série.

L’héolien et l’éolien

Le véhicule breton a bien sûr été baptisé Heol qui signifie « soleil » en breton contrairement à ce que pourrait laisser croire ce terme. On se demande d’ailleurs par quelle magie sémanique Eole le dieu du vent qui a donné éolien en français a pu devenir heol, en breton, pour devenir le soleil. Peut-être est-ce un effet de cet esprit frondeur et facétieux des Bretons de jadis à l’égard de la langue française.
Enfin, l’essentiel, c’est de savoir que les Bretons sont maintenant au top dans l’héolien et dans l’éolien !

Julien Perez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *