mabretagne.com > La Bretagne > Actualités > « Ni français, ni Breton, Malouin suis-je ! »

« Ni français, ni Breton, Malouin suis-je ! »

Infos:
2 commentaires
Article posté le 17 mai 2017

 Mabretagne.com, amoureuse de la cité malouine, va vous raconter son dernier périple dans la ville des corsaires pour vous donner des idées de sorties… Et vous le verrez, si toutes les aventures ne sont pas parfaites, la fin est heureuse !

 L’arrivée dans la célèbre cité Corsaire est reconnaissable entre toutes : c’est grâce au drapeau de la ville qui flotte au dessus de celui de la nation sur l’hôtel de ville, un droit obtenu au XVIe siècle et qui marque depuis longtemps déjà le fort esprit d’indépendance des Malouins. D’ailleurs, la devise de Saint-Malo n’est-elle pas : Ni français, ni Breton, malouin suis-je » ?

flags-2255246_1920

Pour la vue mer, rien ne vaut les quais

On s’était dit qu’on allait aller dans l’excellent Hôtel des Thermes Marins mais on a voulu tester l’autre établissement du groupe malouin, le Nouveau Monde… Et à défaut de bol d’air salé, c’est la tasse : c’est le parking qui nous sert de vue mer. On a néanmoins eu l’occasion de visiter des chambres avec vue sur mer parce qu’on avait des copains dans l’établissement, et on mesure l’énorme différence. Mais ne boudons pas notre plaisir : même vue parking, les chambres de cet hôtel sont accueillantes et très agréables. Au cinquième étage, place à la détente avec un SPA qui donne la part belle à la vue mer… du port de Saint-Malo ! On vous conseille d’ailleurs fortement de passer devant la célèbre Etoile du Roy, un petit bijou flottant construit en 1996 en Turquie pour les besoins d’un film… Au XVIIIe siècle, son lointain ancêtre à trois mâts armé de 20 canons attaquait les bâtiments ennemis du roi.

star-of-the-king-1647583_1920

À la rencontre des Malouins

Si la qualité de l’accueil fait un peu défaut à un établissement pourtant couru, The Docks, ce loft transformé en restaurant arbore une décoration est à couper le souffle, et chaque détail attire l’œil : une cuvette de toilettes revisitée, un style industriel maîtrisé, un mobilier décalé qui donnent l’envie de franchir la porte au premier coup d’œil !

Mais on s’enfuit finalement vers la Trinquette, logé dans le club de voile (SNBSM) et devant ce qui accueille la plus célèbre des courses françaises : la Route du Rhum (bon sang, ne ratez pas la prochaine édition, qui aura lieu en novembre 2018 !). L’ambiance en compagnie des jeunes malouins et des voileux … Ça y est, là, on y est à Saint-Malo ! Intra muros, on se perd dans une rue donnant sur la place Châteaubriand, on se met dans l’ambiance d’un pub animé rue Garangeau… avant d’aller au 109, la boîte de nuit prisée des remparts de la cité : les danses et les conversations se succèdent, rien de tel pour faire la connaissance des nocturnes.

Le matin, on flâne ensuite sur les remparts et on salue Surcouf avant de quitter cette fantastique St Malo ; allez, on a fait les fines bouches mais on reviendra, vue mer ou pas !

2 avis sur “« Ni français, ni Breton, Malouin suis-je ! »”

  1. HLD

    « Ni français, ni Breton, malouin suis-je »

    Devise débile s’il en est : Saint Malo est un saint breton.

    1. Julien Perez

      Il était gallois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *