mabretagne.com > Les Bretons > Personnalités > Le saint breton de la semaine : Saint Derrien, moine ou soldat ?

Le saint breton de la semaine : Saint Derrien, moine ou soldat ?

Infos:
3 commentaires
Article posté le 14 février 2015

Sur un point tout le monde est d’accord : Saint Derrien a bel et bien vaincu et dompté le dragon de l’Elorn. Là-dessus, pas de problème ! Mais Derrien était-il un moine-ermite ou un seigneur revenu de croisade à Jérusalem ?

DERCHEN

En ce 14 février, on fête évidemment la saint Valentin, mais également saint Derrien, nom venant du vieux breton Dergen signifiant littéralement « fils du chêne » qu’il faut cependant comprendre comme « fils de la divinité du chêne » puisqu’en ce temps-là, les divinités étaient encore plus nombreuses en Bretagne que les ronds-points anglais aujourd’hui. Mais ce patronyme Dergen ne donne aucune indication sur la fonction qu’exerça saint Derrien, les avis étant très partagés sur ce point.

Au British Museum

Un vieux, très vieux document conservé au British Museum de Londres et consacré à La légende dorée de Saint-Gwenolé, fondateur du monastère de Landevennec, fait référence à saint Derrien comme moine-ermite. Une autre version, plus populaire, affirme qu’il était, au IVe siècle, un seigneur breton (de la grande Bretagne, pas de la petite) de retour de Jérusalem. Débarqué à Vannes, il se mit en route pour Pontusval-Brignogan afin de reprendre la mer et rejoindre ce qui est aujourd’hui la Cornouailles anglaise.

Au pied, le dragon !

La légende veut que, du côté du Landerneau où à l’époque il n’y avait pas encore trop de bruit, il tomba sur le dragon de l’Elorn, une bête féroce. Comme n’importe quel chevalier du temps jadis, il aurait pu se contenter d’occire la bestiole en lui transperçant les flancs de son épée en métal inoxydable. Lui non ! Saint Derrien, qui devait avoir les pouvoir de l’hypnotiseur Messmer, réussit carrément à dompter le monstre et à le conduire jusqu’à la mer où il s’enfonça dans les eaux. On parle du monstre, pas de saint Derrien qui, lui, reprit son chemin après cet exploit qui le fit définitivement entrer dans le grand sanctuaire breton.

On ne sait pas s’il faut chercher une causalité avec le dragon mais saint Derrien est invoqué en Bretagne pour guérir les coliques et les maux de ventre qui donnent parfois l’impression d’avoir effectivement la flamme d’un dragon dans les entrailles. Ca vient peut-être de là.

Alors, si vos pas vous mènent un jour vers l’envoûtante Vallée des Saints de Carnoët, vous ne manquerez pas de venir saluer saint Derrien. Sa statue, taillée par Inès Ferreira et Goulven Jaouen, ne laisse pas de doute sur la version retenue par les deux artistes. Il a bien plus la silhouette d’un chevalier revenant casqué des croisades que d’un moine-ermite plongé dans la solitude d’une profonde forêt armoricaine.

MaBretagne.com

 

3 avis sur “Le saint breton de la semaine : Saint Derrien, moine ou soldat ?”

  1. DERRIEN Pascal – Joël

    – Cette statue est vraiment superbe … merci aux deux artistes.
    – DERC’HEN Yaël –

  2. DERRIEN Pascal – Joël

    – Cette statue est vraiment superbe, merci aux deux artistes.
    – DERC’HEN Yaël –

  3. DERRIEN ALAIN

    Quelle est magnifique cette statue !
    Derch’en Alan

Répondre à DERRIEN ALAIN Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *